ART SUR PAPIER


Infos




Filigrane à l’eau

 

 


Inclusion de ficelle

 

 


Filigrane gaufré

 


Quand le papier devient Art


Tournant décisif dans l'oeuvre de J. M. Letellier, l'artiste s'envole en 1997 pour le Japon. C'est là, au Hall of Japanese Hand Made Paper, que Monsieur Minoru Fujimori l'initie aux techniques japonaises de fabrication du papier.

" Trésor national vivant " - un titre honorifique décerné par le gouvernement nippon aux détenteurs d'un précieux savoir culturel - ce dernier lui enseigne la méthode nagashizuki.

Cap sur le Népal, où il séjourne près de deux ans. Employé par la société Lama-Li comme designer de papiers, il met à profit son expérience japonaise dans la cadre d'une entreprise locale, où il dirige une unité de fabrication. L'occasion pour lui d'expérimenter de nouvelles fibres…

Lauréat d'une bourse de l'A.F.A.A. en 1999, J. M. Letellier se voit convié à la Villa Kujoyama de Kyoto (Japon). Dans cet environnement artistique, il oriente ses recherches vers la fabrication de feuilles avec filigranes. Un procédé qu'il revisite à SA manière.

Dans l'atelier-musée de Yamakawa-cho, il invente le filigrane libre. En pratique, il utilise toutes sortes d'instruments usuels pour projeter de l'eau sur le papier en cours de fabrication. Tuyau ou rampe d'arrosage, pistolet à eau, spray à vitres, douche ou pomme d'arrosoir : tout est bon pour manier le jet ou la goutte.

Autre approche du filigrane, il dispose sur le tamis des gabarits métalliques, qu'il remplit de pâte pour obtenir des formes opaques, ou laisse au contraire en réserve pour jouer sur la transparence.

Temps fort de cette période : une série de grands panneaux sur l'astre lunaire et les totems.

Invité en résidence dans le petit village d'Imadate - berceau du papier japonais où l'on perpétue cette tradition depuis 1500 ans - l'artiste ne pouvait rêver mieux pour poursuivre son travail.

Dans l'un des 40 ateliers de l'endroit, il met au point une technique d'inclusions. Il s'agit cette fois d'incruster dans la feuille divers matériaux, tels que ficelles, baguettes de bambou, découpes de papier adhésif, ou fils de fer… Le résultat tient à la fois du filigrane et du gaufrage, dans ce va-et-vient cher à l'artiste entre épaisseur et transparence.

J. M. Letellier vit aujourd'hui à Paris, le regard tourné vers l’Asie.

Ses expositions européennes rencontrent un large écho auprès des designers, qui voient dans ses œuvres un nouveau champs d'applications pour leurs produits.
Jérôme Lart (lauréat de la bourse AGORA en 1999) le premier. Inventeur d'une structure de paravent aussi ingénieuse qu'élégante, il offre à J. M. Letellier le support idéal à ses panneaux grands formats.


De nouveaux horizons se dessinent pour l’artiste du papier…

 

 

SOMMAIRE



DATES DES EXPOSITIONS